Définir la femme moderne ? Rien de plus simple : ouvrez un magazine féminin, et vous devriez très vite saisir le principe. A moins que… A moins qu’il ne s’agisse d’une série d’injonctions à la féminité et de règles à respecter pour être ce qu’on attend de vous, le tout étant tellement complexe et demandant tellement de remplir tant de critères qu’il est absolument impossible de réussir à atteindre cet idéal, ce mythe de la femme moderne, femme parfaite, femme aux multiples casquettes.

Le mythe de la  femme moderne : mission impossible !

Mais alors quels sont ces casquettes, ces injonctions, ces règles, ces rôles à tenir, pour être une femme moderne, complète et épanouie (ou pas) ? C’est là que les choses se compliquent. Car si être la femme parfaite peut faire rêver, toute prétendante au titre sera rapidement embêtée. En effet, pour être une femme moderne, il faut être belle, être sexy, être une bonne mère, savoir satisfaire son homme, assurer au boulot, être sportive, être mince, être en forme, (etc.), et tout ça avec le sourire, s’il vous plaît ! Si comme pour la plupart des gens vos journées comptent 24h, cela fait un programme chargé et des journées bien remplies !

Virginie Despentes, dont on ne cesse de vous parler parce qu’on l’adore et qu’elle a tout compris, nous donne un aperçu de la complexité de cette mission d’être une femme moderne dans son livre King Kong Théorie :

« Parce que l’idéal de la femme blanche, séduisante mais pas pute, bien mariée mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir, pour ne pas écraser son homme, mince mais pas névrosée par la nourriture, restant indéfiniment jeune sans se faire défigurer par les chirurgiens de l’esthétique, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d’école, bonne maîtresse de maison mais pas bonniche traditionnelle, cultivée mais moins qu’un homme, cette femme blanche heureuse qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, celle à laquelle on devrait faire l’effort de ressembler, à part qu’elle a l’air de beaucoup s’emmerder pour pas grand-chose, de toute façon je ne l’ai jamais croisée, nulle part. Je crois bien qu’elle n’existe pas. »

BOUM. Bon, une fois posée cette petite citation, on voit un peu mieux l’ampleur du problème et l’absurdité de ce mythe ! S’acharner en permanence pour atteindre un idéal impossible ? Une fois de plus, la société patriarcale parvient à retourner des avancées féminines à l'encontre des femmes. Car si l’émancipation féminine a pour objectif d’offrir aux femmes autant de possibilités qu’aux hommes, tant dans leur vie personnelle que dans leurs ambitions professionnelles, elle n’a pas pour but d’enfermer les femmes dans de nouvelles exigences encore plus strictes et plus écrasantes qu’auparavant. Autrement dit, la société patriarcale instrumentalise cette révolution féministe et impose aux femmes une pression à être toutes ces choses à la fois : elles doivent remplir tous ces critères en même temps pour être des femmes accomplies, plutôt que vivre leur vie comme elles le désirent en piochant dans cette liste les aspects qu’il leur plaît de poursuivre, ou pas.

Or, toutes les femmes sont différentes et toutes ont le droit de choisir leurs priorités. La société doit permettre à chacun et à chacune de s’épanouir comme bon leur semble, sans pression à la réussite dans tel ou (/et) tel domaine !

Après tout c’est bien connu, il n’existe pas une seule recette du bonheur ! Alors pourquoi cela serait-il différent pour les femmes ?

Remettre en question ces injonctions à être une femme parfaite

Dans ses spectacles, l’humoriste Florence Foresti critique ce mythe de la femme moderne dans de nombreux sketchs hilarants et mémorables. Vous connaissez forcément ses sketchs sur les filles douées en amour, les mères de famille nombreuses, les mamans calmes, ou encore son sketch sur la grossesse. Merci à Florence Foresti de démystifier les relations amoureuses et la maternité ! On adore voir et revoir ces sketchs drôlissimes et hyper décomplexants !

Sur un plan plus théorique, l’ensemble de ces injonctions sont critiquées par Mona Chollet dans son livre Beauté Fatale,  ainsi que les moyens par lesquels elles s’insinuent dans notre quotidien : par les médias, les magazines féminins, les publicités, la mode, etc.

Les influenceurs et influenceuses sur Instagram : vendeurs de rêve et de complexes !

Cependant depuis quelques années, cette pression à la perfection est d’autant plus importante avec le développement des réseaux sociaux et d’applications comme Instagram.

En effet, auparavant, ces messages passaient par des organisations, des marques, le milieu de la mode, avec une dimension officielle et économique qui permettait d’une certain façon de prendre de la distance et de se protéger de la portée de leur influence. Désormais, sur Instagram par exemple, on retrouve les mêmes injonctions et les mêmes illusions de perfection, mais avec une portée  beaucoup plus personnelle et une certaine forme de proximité qui peut nous rendre beaucoup plus influençables et nous atteindre en profondeur. En effet sur Instagram nous choisissons les influenceurs et les influenceuses que nous suivons, parce que nous les admirons. Nous envions leurs corps parfaits (#bodygoal), leurs couples parfaits (#couplegoal), leurs voyages dans des destinations de rêve, les lieux où ils vont déjeuner, etc.

Par ailleurs, ici ce n’est pas l’injonction qui vient à nous (comme lorsqu’on voit une publicité sur un arrêt de bus), mais nous qui allons à l’injonction, en ouvrant l’application et en surfant sur Instagram de multiples fois chaque jour. Nous avons tous cette habitude et il est important de se rendre compte qu’en faisant cela, nous nous administrons nous-mêmes régulièrement une piqûre de rappel de ces injonctions et de cette pression qui peuvent être si oppressantes, stressantes, culpabilisantes…

De plus, s’il est de plus en plus connu de tous que les publicités que l’on trouve dans les magazines sont retouchées, sur Instagram persiste encore l’illusion qu’il s’agit de la réalité. Or, les influenceurs et influenceuses qui ont de nombreux abonnés ont pour la plupart également recours à des retouches et savent comment se mettre en valeur. De même, il ne faut jamais oublier que les influenceurs et influenceuses postent uniquement ce qui fait rêver en règle générale. Toujours être beaux ou belles, toujours être à son avantage, toujours sourire : il y a là une forme d’hypocrisie et de mensonge car nous avons tous des moments durs et des coups de blues, mais ce n’est pas ce qui est montré sur Instagram.

Inverser la tendance et montrer une réalité sans filtre sur Instagram !

Pour contrebalancer cette tendance et pour recréer un peu d’humanité sur Instagram, certains influenceurs ont décidé de montrer la réalité, beaucoup moins parfaite et artificielle que ce qui est montré en général.

C’était par exemple le cas cet été avec le #objectifbikinifermetagueule, initié par l’humoriste Laura Calu, en réaction à la vague de posts printaniers de celles qui font du sport ou souhaitent perdre du poids à l’approche de l’été, afin de correspondre aux critères de beauté sur les plages.

Si vous souhaitez vous abonner à des comptes Instagram décomplexants, on vous conseille celui de Celeste Barber (@celestebarber) qui reproduit des clichés de stars absolument pas naturels et met en évidence le ridicule de certaines poses. On peut aussi citer l’Instagram de Rupi Kaur dont on vous a déjà parlé et qui brise notamment le tabou des règles. Sara Puhto vous montre également comment prendre le pose de manière avantageuse et montre la différence avec une photo prise dans l’instant, sans chercher à tricher.

En définitive, n'oubliez pas de prendre du recul sur toutes les images que vous voyez partout au quotidien et sur l'influence que tout ce contenu a tant sur votre humeur que sur votre estime de vous-même. Pourquoi pas d'ailleurs pratiquer de temps en temps une digital détox pour vous recentrer sur vous-même ?

Et surtout, ne laissez rien ni personne vous dicter vos choix ou qui vous devez être. C'est votre vie et vous êtes le seul, la seule, à avoir le droit d'en disposer, de choisir  votre voie et de vous épanouir à votre manière.