Qui sont ces françaises emblématiques qui se sont battues pour les droits des femmes, pour leur liberté d'être qui elles veulent et contre la pression des normes genrées ? Nous vous présentons aujourd'hui 8 femmes ayant marqué l'histoire ou qui participent à l'écrire aujourd'hui.

  • CHRIStine and the queens : « L’idéal féminin vendu aujourd’hui est très étroit. »

christine-and-the-queens-francaises-feministes

Avec un look désormais androgyne, la chanteuse qui s’est fait connaître sous le nom de Christine and the queens demande à présent qu’on l’appelle Chris. En 2015, elle réagit sur twitter au sexisme auquel elle est confrontée, énervée que ses idées soient systématiquement attribuées à des hommes avec lesquels elle a travaillé.

Plus largement encore, elle dénonce les normes de notre société, qui enferment les femmes mais aussi les hommes dans une gamme de possibilités restreinte. « Libérer de la norme, c’est un travail qui libère tout le monde », dit-elle. Elle explique aussi qu’il ne faut pas s’excuser, d’être ambitieuse, de réussir, d’être différente. Femme forte et femme patronne, Chris n’a sans doute pas fini de nous surprendre, et on la remercie de brouiller les codes du féminin et du masculin.

  • Rebecca Amsellem : fondatrice de la Newsletter des Glorieuses

rebecca-amsellem-glorieuses-feministes-francaises

Doctorante en économie, Rebecca Amsellem est marquée par un évènement qui se produit lorsqu’elle est à l’école. Lorsqu’on lui demande ce qu’elle veut faire quand elle sera grande, elle répond qu’elle veut être Présidente de la République : elle sera punie pendant une semaine et ses parents seront convoqués par son institutrice. Elle vivra cet épisode de son enfance comme une injustice.

Plus tard, Rebecca Amsellem fonde une newsletter féministe appelée Les Glorieuses, se donnant pour objectif de décupalbiliser et décomplexer les femmes. En s’inscrivant, vous recevez toutes les semaines dans votre boîte mail un cocktail détonnant d’informations sur des sujets variés comme la politique, la maternité, la culture… Un vrai plaisir !

  • Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme, on le devient. »

simone-de-beauvoir-feministes-francaises

Grande figure du féminisme, Simone de Beauvoir fait partie du MLF, Mouvement de Libération des Femmes, dans les années 1970. Ce mouvement autonome et non mixte lutte contre la culture patriarcale et en faveur de la liberté des femmes à disposer de leur propre corps.

Simone de Beauvoir écrit en 1971 le Manifeste des 343, publié dans le Nouvel Observateur et signé par 343 femmes, célèbres ou inconnues. Il s’agit pour ces femmes de déclarer publiquement avoir eu recours à l’avortement au cours de leur vie : une action risquée puisque qu’il était alors illégal. Ces femmes risquaient donc des poursuites pénales voire même l’emprisonnement ! Simone de Beauvoir s’investit également dans le mouvement Choisir, lequel agit en faveur de la légalisation de l’IVG (Interruption Volontaire de Grossesse), et aura une forte influence pour cette cause.

  • Simone Veil : la lutte pour la légalisation de l’avortement

simone-veil-avortement-pantheon-francaises

Autre femme forte, c’est à Simone Veil que l’on doit la loi du 17 janvier légalisant l’avortement. Simone Veil est nommée par Giscard d’Estaing en 1974 pour travailler sur la loi qui portera son nom et changera la vie de nombreuses femmes en leur permettant désormais d’avoir recours à l’IVG librement. Simone Veil devient alors l’icône de l’émancipation des femmes.

Simone Veil, c’est aussi une femme à la carrière exemplaire et inspirante, puisqu’elle a été ministre plusieurs fois et présidente du Parlement Européen, elle siège au conseil constitutionnel de 1998 à 2007, et devient membre de l’Académie Française en 2008. Elle fait son entrée au Panthéon le 1er juillet 2018, un an après sa mort.

  • Sophie Bramly : « Le plaisir est un pouvoir. »

sophie-branly-francaises-feministes-connues-second-sexe

Femmes d’affaires et photographe, Sophie Bramly fait partie du collectif féministe Nous sommes 52, chiffre qui reprend le pourcentage de femmes dans la population française. Loin d’une conception victimisante des femmes, Sophie Bramly veut au contraire faire en sorte que les femmes se sentent puissantes et capables de faire des choses, sur les plans culturel, économique et politique. Sophie Bramly se place dans un courant favorisant l’empowerment des femmes, qui veut valoriser les femmes afin qu’elles prennent confiance en elles.

Pour cela, Sophie Bramly fonde le site SecondSexe.com, en référence à l’ouvrage de Simone de Beauvoir. Il s’agit d’un site participatif sur lequel les femmes sont à l’origine de 98% des contributions, contre 15% seulement sur Wikipédia. Sur ce site, les femmes peuvent proposer des articles ou nouvelles, ainsi que poser leurs questions à un gynécologue qui leur répond.

« Si on apprenait mieux aux jeunes femmes le clitoris, la masturbation, l’autonomie, la possibilité de prendre son plaisir plutôt que d’attendre qu’on nous le donne, ça changerait notre comportement intime, puis social, et professionnel. »
Que vous soyez simplement curieux ou que vous ayez des questions précises sur la sexualité féminine, ce site est fait pour vous !

  • Olympe de Gouges : la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Suite au décès de son mari, Olympe de Gouges ne se remariera jamais, afin de préserver sa liberté de publication. Engagée contre l’esclavagisme mais aussi pour la cause des femmes, elle demande et obtient l’instauration du divorce, et écrit en 1791 la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Olympe de Gouges argumente que les femmes sont capables d’accomplir des tâches « d’hommes », qu’elles doivent avoir les mêmes droits et devoirs que les hommes, et qu’elles doivent être associées aux débats politiques et sociétaux. Elle sera guillotinée pour ses idées.

  • Virginie Despentes : un langage cru pour dénoncer la violence

despentes-francaises-connues

Après un parcours tortueux et un enchainement de boulots, Virginie Despentes finit par connaître le succès grâce à son premier roman, Baise-moi. C’est le début de sa carrière littéraire. L’écrivaine utilise un langage oral, parfois brutal, sans censure et sans concession. Abordant des sujets comme la prostitution ou les violences sexuelles, qu’elle a elle-même connues, son oeuvre est partiellement autobiographique et toujours féministe. Elle explique d’ailleurs avoir subi quand elle était jeune un viol qu’elle qualifie de « fondateur » pour elle, dans sa personnalité, sa vie, et son oeuvre.

« Je suis furieuse contre une société qui m’a éduquée sans jamais m’appprendre à blesser un homme s’il m’écarte les cuisses de force, alors que cette même société m’a inculqué l’idée que c’est un crime dont je devais ne jamais me remettre. »

  • Florence Foresti : « Je me rappelle, étant jeune, le temps perdu à se trouver moche ! »

florence-foresti-madame-feministes-connues

Un humour décapant, mais aussi incisif et engagé, voilà la marque de fabrique de Florence Foresti, une grande dame de l’humour également actrice talentueuse. Elle est également marraine de l’association Women Safe, qui aide les femmes victimes de tous types de violences.

En 2014, avec son spectacle Madame Foresti, elle va encore plus loin dans son engagement et aborde des questions sensibles notamment sur la représentation des femmes, en se demandant aussi quels modèles les jeunes filles d’aujourd’hui peuvent trouver parmi les femmes célèbres.

Avec cette liste, nous espérons proposer quelques noms pour répondre à cette question. Icones du féminisme, femmes fortes, grandes entrepreneures ou artistes, elles ont toutes lutté pour l'émancipation et les droits des femmes. N'oublions pas que cette liste est non exhaustive et qu'il en existe beaucoup d'autres