Nous vous présentons ici le portrait de quatre femmes célèbres, connues à travers l'histoire pour être manipulatrices, séductrices, prêtes à tout : tant d'adjectifs péjoratifs pour décrire des femmes qui n'ont finalement pas vraiment fait pire que des milliers d'hommes de pouvoir avant et après elles ! Bien avant Angela Merkel, Theresa May ou Kolinda Grabar-Kitarović, elles ont su tirer leur épingle du jeu politique de leur pays, dans un monde d'hommes. Ambitieuses, elles ont réussi là où on ne les attendait pas, et alors que tout était fait pour les en empêcher.

Cléopâtre : une reine séductrice dans un contexte politique délicat

Toute sa vie, cette reine d’Egypte a lutté pour que son pays conserve son indépendance. Connue pour ses relations avec Jules César puis Marc-Antoine, elle est souvent dépeinte comme une femme manipulatrice et les romains la traitent de « reine putain ». En réalité, Cléopâtre devient reine à l’âge de 18 ans, et doit se marier avec son frère âgé de 10 ans, car une femme ne peut régner seule. A cause de différends politiques, elle est exilée et doit revenir clandestinement dans son propre palais afin de prendre son frère de vitesse et de rencontrer César avant lui. Cette rencontre est un succès, Cléopâtre, séductrice, s’allie à César et obtient de lui qu’il la remette sur le trône. Après que son frère et époux se soit noyé dans le Nil en essayant d’échapper aux troupes de César, celui-ci pousse la reine d’Egypte à épouser son deuxième frère. Ce mariage ne dure qu’un temps, puisque Cléopâtre fera empoisonner son frère quelques semaines après la mort de César. Afin de s’assurer le contrôle du pouvoir, elle fait également assassiner sa soeur Arsinoé, et devient alors l’unique souveraine d’Egypte, sans opposition possible. En grande stratège politique, elle séduit alors Marc-Antoine et tous deux s’allient contre Octave, successeur de César. Octave lui-même avoue craigner plus la reine que son amant. De fait, il ne se trompe pas, les stratégies militaires de Cléopâtre se révélant meilleures que celles des plus hauts officiers de Marc-Antoine.
Séductrice, cruelle, prête à tout ? Certainement, mais était-il alors possible pour une femme de pouvoir dans un monde masculin de faire autrement ?

femmes-manipulatrices-ambitieuses-wu-zetian-marquise-de-pompadour

La marquise de Pompadour : une femme cultivée au plus haut niveau de la cour de Versailles

L’histoire de Madame de Pompadour, c’est d’abord celle de l’ascension sociale d’une femme extraordinaire. Au cour d’une chasse, le roi la remarque et s’éprend d’elle. Rapidement, Madame d’Etiolles, originaire de la haute bourgeoisie, demande le divorce avec son époux et s’installe à Versailles, dans un petit appartement relié par un escalier secret à la chambre du roi. Haïe par la famille royale, les milieux aristocratiques et les milieux dévots qui pensent qu’elle pousse le roi au pêcher, son influence politique grandit progressivement. Elle débat avec les ministres du roi, le roi l’écoute plus que ses ministres. C’est elle qui choisit le nom de la deuxième épouse du dauphin. Une favorite qui désigne le nom de la probable future reine de France, l’ironie est amusante !

Femme cultivée, elle défend les philosophes des Lumières ouvertement, notamment Voltaire et Montesquieu. Maitrisant tant la politique extérieure qu’intérieure, elle va jusqu’à organiser les plaisirs du roi lorsqu’elle devient son amie et non plus sa maîtresse. C’est sans doute là un des exploits de la Marquise de Pompadour : parvenir à rester au premier plan dans le coeur du roi et dans la vie politique de la France, à la cour de Versailles, alors qu’elle n’est plus ni la maîtresse ni l’épouse de personne.
Symbole amusant, l’hôtel d’Evreux, une des propriétés de la marquise de Pompadour, est l’actuel palais de l’Elysée.

Wu Zetian : une main de fer, première impératrice régnante de l'empire chinois au VIIème siècle

En apparence, la structure de la famille royale en Chine est très différentes des monarchies européennes. Sur le fond, c’est pareil : les femmes ne peuvent pas accéder au pouvoir.

L’ascension de Wu Zetian est marquée par de nombreux assassinats, à commencer par les autres femmes de l’Empereur, de rang plus élevé qu’elle, qu’elle accuse de sorcellerie puis fait tuer. Elle exerce rapidement une forte influence sur l’empereur et n’hésite pas à remplacer à son avantage les hauts fonctionnaires. Lorsque l’empereur malade décède, Wu est soupçonnée de l’avoir tué. En revanche, il ne fait aucun doute qu’elle ait fait empoisonné son premier fils, assassiné le deuxième, exilé le troisième et écarté du pouvoir le dernier, afin de se débarrasser des hommes susceptibles de prendre le pouvoir. Wu Zetian devient ainsi la première impératrice régnante de Chine.

Elle exerce alors un pouvoir autoritaire, décide de réformes et modifie l’ordre établi sur de nombreux points. Preuve de l’exploit que représente l’accès d’une femme au pouvoir à l’époque, à son décès les hommes reprennent le pouvoir et la tentative de Wu Zetian de créer une nouvelle dynastie échoue.

femmes-manipulatrices-ambitieuses-mata-hari-pouvoir

Mata Hari : le double jeu d'une femme audacieuse

Icône de la Belle Epoque, Mata Hari est une courtisane et une danseuse. Femme divorcée et seule, les spectacles lui permettent de vivre. Séductrice, elle surfe sur la vague de l’exotisme, connaît un important succès et a de nombreuses liaisons. Cependant, un peu menteuse sur les bords, elle véhicule des rumeurs sur son compte dans le but d’augmenter son aura exotique auprès des hommes. Au cours de sa vie, elle fait en sorte qu’il soit difficile de distinguer le vrai du faux, chose qui finira par lui porter préjudice.

En effet, lorsque la première guerre mondiale éclate, les Allemands lui proposent de devenir espionne, puis les Français lui font la même proposition. Mène-t-elle un double jeu ? Est-elle une double espionne ? C’est possible. C’est en tous cas ce dont l’accuseront les services français d’espionnage, avant de l’exécuter après un procès sommaire.

Bien que l'histoire les oublie parfois ou déforme leurs trajectoires pour les présenter comme manipulatrices, abjectes et cruelles, les femmes ont toujours su écrire leur propre histoire malgré les obstacles. De plus en plus, faisons en sorte que l'on ne parle plus de destins exceptionnels dans un monde d'hommes, mais plutôt d'un monde de femmes autant que d'hommes.