L'histoire a connu un grand nombre de femmes politiques marquantes et parfois méconnues.
En 2018, les femmes ayant le pouvoir n'avaient jamais été aussi nombreuses à la tête d'un pays. Cependant, elles restent une minorité à travers le monde, et bataillent dur pour se faire une place dans un univers politique encore très masculin. Seul 11% des 190 pays présentent des femmes à leur tête, et c'est encore trop peu. Elles sont mères et gouvernantes, femmes et dirigeantes, elles sont celles qui prouvent la force et la légitimité du pouvoir au féminin. Lumière sur ces femmes politiques qui contribuent chaque jour au Women's Empowerment dans le monde entier.

Theresa May : la pouvoir féminin à la tête du Royaume-Uni

femme-pouvoir-monde Theresa May

En juillet 2016, Theresa May remplace David Cameron au poste de premier ministre du Royaume-Uni. Apportant son soutien à sa remplaçante, il la décrit comme quelqu’un de “fort, compétent et capable d’incarner le leadership dont le pays aura besoin dans les années à venir”. Theresa May joue d’une certaine ressemblance avec Margaret Thatcher en cherchant à se montrer comme elle, ferme et décidée.

Anecdote : Lorsqu’une journaliste lui avait demandé quelle était la chose la plus osée qu’elle ait faite, la réponse du premier ministre avait quelque peu déçu : “mes amis et mois avions pour habitude de courir à travers les champs de blé, les agriculteurs n'étaient pas spécialement contents”.

Bon, même si Theresa n’est pas la dirigeante la plus marrante, elle a accepté la lourde mission consistant à mettre en oeuvre la sortie de son pays de l'UE dans un climat de tension et de mécontentement, et pour ça on la félicite. Theresa May a les épaules solides et ne compte pas se laisser intimider, n’en déplaise à ceux qui critiquent son classicisme vestimentaire et son petit côté coincé, elle porte tout de même des chaussures fantaisistes.

Ang San Suu Kyi : pouvoir de la paix et politique du silence

femme-pouvoir-monde-Ang San Suu Kyi

La frêle silhouette d’Ang San Suu Kyi fait figure d’opposition non violente à la dictature militaire de son pays. Récompensée du prix Nobel de la Paix en 1991, Ang San Suu Kyi a passé près de 20 ans en détention surveillée. Lorsqu’elle est libérée en 2010, elle accède à la fonction de présidente de la Birmanie.

Nous vous en parlions dans un précédent article sur les femmes politiques qui ont marqué l'hsitoire, elle a sacrifié sa propre famille, quittant l’Angleterre où résidaient son mari et ses deux garçons pour d’abord soigner sa mère, puis pour rester auprès de son peuple et se battre pour la cause birmane. Elle n'aura même pas pu accompagner son grand amour dans ses derniers instants de vie, de peur de ne pouvoir retourner au sein de son pays. Une film de Luc Besson retrace l'histoire de sa vie et son histoire d'amour déchirante.

Anecdote : source d’inspiration pour de nombreux artistes, le groupe irlandais U2 lui a dédié une chanson, “Walk On”, interdite en Birmanie. De même, Jane Birkin est aujourd’hui porte parole du comité de soutien français à Aung San Suu Kyi. En revanche, son visage de leader pacifiste a été un peu dégradé par son silence vis-à-vis du génocide de la minorité musulmane Rohingya et le chanteur Bono l’ayant mis à l’honneur dans sa chanson Walk On se dit écoeuré par la tournure des événements.

Erna Solberg une femme premier ministre en Norvège : "la Merkel du Nord" au pouvoir

femme-pouvoir-monde Erna Solberg

Membre du Parlement depuis 1989, elle fut chargée des Affaires locales et du Développement régional puis élue à la tête du Parti conservateur en 2004. L’année 2013 marquera son apogée politique, se voyant accéder au poste de Première ministre de la Norvège.

Anecdote : Erna Solberg, cette femme à l’image d’une femme que les médias aiment à qualifier de "normale", a su faire de sa simplicité un atout. Allant jusqu’à recevoir les médias à son domicile, au sein d’un joyeux foutoir ou sautant sur un mini-trampoline, Erna ne soigne pas son image et se montre sans artifice. Pourtant, ne jugez pas trop vite. Persévérante et grande travailleuse, cette blonde joyeuse et bonne vivante maîtrise ses dossiers dans les moindres détails. Alors ne vous fiez pas aux apparences.

Angela Merkel, chancelière d'Allemagne et symbole de pouvoir pour les femmes

femme-pouvoir-monde Angela Merkel

Depuis 13 ans au pouvoir, cette “madame tout le monde”, issue d’une petite ville de Templin, fille de pasteur et brillante étudiante en chimie quantique tient sans flancher les rênes de l’Europe.

Si sa carrière initiale la destinait à prendre le chemin de la recherche, c’est finalement en politique qu’elle s’engagera après la chute du mur de Berlin. L’emblématique chancelière d’Allemagne, physicienne de formation figure aujourd’hui comme la femme politique la plus puissante du monde depuis 2005.

Anecdote : Angela Merkel a peur des chiens après avoir été mordue par l’un d’eux en 1995, et Vladimir Poutine n’a pas hésité à utiliser ses chiens de compagnie pour tenter d’intimider la chancelière allemande. Sacré Poutine.

Kolinda Grabar-Kitarović, une dame de fer à la tête de la Croatie

femme-pouvoir-monde Kolinda Grabar-Kitarović

Le 18 février 2015, Kolinda Grabar-Kitarović est devenue la première présidente de Croatie, se voyant confier la mission de redresser son pays sortant de 6 années de grave crise économique.

Celle qui a prêté serment au féminin lors de son discours d’investiture n’a pas hésité à évoquer les discriminations dont elle a été victime tout au long de son ascension politique. Des coups bien souvent portés en dessous de la ceinture, qui ont eu pour seul effet de renforcer sa détermination inarrêtable. L’élection de cette membre de l’Union démocratique croate a créé la surprise, les sondages la donnant perdante face à son concurrent, Ivo Josipovic.

La dame de fer de la Croatie n’est pas qu’une brillante politicienne, elle est aussi épouse et mère de deux enfants. Cette fille de boucher décrit une enfance heureuse à la campagne et une grande admiration pour sa mère, son héros : “C'est elle qui a nourri mes ambitions dans la vie” souligne la présidente. Kolinda Grabar-Kitarovic aime à rappeler qu’elle est une femme du peuple, n’ayant jamais renoncé à ses valeurs : sa patrie et sa famille.

Anecdote : elle s’est vantée d’avoir été au sein de l'Otan "la seule personne sachant comment traire une vache". La dynamique politicienne n’a pas fini de nous surprendre. Pas sûr que cette compétence ne soit très usitée dans le monde politique, mais on félicitera tout de même son amour pour le plancher des vaches.

Tsai Ing-wen : la plus puissante femme politique du monde chinois à Taïwan

femme-pouvoir-monde Tsai Ing-wen

Ni fille, ni femme de, en janvier 2016, Tsai Ing-wen est devenue officiellement Présidente de Taïwan, signant une victoire écrasante qui a fait d’elle la femme la plus puissante du monde chinois. La cheffe du parti démocratique progressiste veut asseoir l'indépendance de Taïwan face à la Chine. Cette petite femme, redoutable négociatrice, affiche une détermination qui lui vaut souvent d'être comparée avec la chancelière Angela Merkel, pour laquelle elle ne cache pas son admiration. Ses objectifs ? Asseoir l’indépendance de Taiwan face à la Chine et se couper de l’influence de Pékin dans un climat de paix. Elle s’est hissée au sommet grâce à ses compétences et à son travail et compte transformer l’économie taiwanaise durant son mandat.

Anecdote : la dirigeante taïwanaise à la voix douce , anciennement professeure de droit, n’a jamais eu d’enfants et vit modestement dans un appartement avec ses deux chats auxquels elle voue un amour inconditionnel.