Etre féministe, c’est lutter contre un problème de société qui concerne tout le monde, et pas seulement les femmes. Etre féministe, au départ, c’est simplement penser que les femmes et les hommes doivent être égaux en droits et en devoirs.

En effet, les clichés sexistes ne pénalisent pas que les femmes. Comme le dit Chris(tine and the Queens), « libérer de la norme c’est un travail qui libère tout le monde ». Lutter contre les stéréotypes genrés, quels qu’ils soient, c’est positif pour les femmes, mais aussi pour les hommes.

Est-ce que tous les hommes se reconnaissent dans les clichés qui leur incombent, comme l’exigence de virilité, d’être un dur, de ne pas montrer ses émotions, de s’occuper de sport et de carrière, mais pas des enfants ? Probablement pas plus que toutes les femmes n’aiment le rose et les chaussures, et n’ont pas toutes pour ambition de devenir femme au foyer…

homme-feministe-georgette-sand-guide

Pour cette raison, de plus en plus, les femmes recherchent à investir les hommes à la cause du féminisme et à les intégrer aux débats, plutôt qu’à raisonner en vase clos, « entre filles », et à exclure les hommes de ces questions. Emma Watson a par exemple lancé l’opération HeForShe, et le collectif Georgette Sand a fait parler de lui avec la campagne photographique L’homme féministe. Néanmoins, il est vrai qu’il peut être délicat pour un homme d’intervenir sur ces questions, car s’intéresser, c’est bien, mais imposer son avis et sa voix, en revanche, on vous le déconseille.

emma-watson-guide-hommes-feministes-devenir

Alors, comment être un homme féministe et soutenir cette cause, tout en subtilité et sans traîner derrière vous (et malgré vous) tous les stéréotypes et comportements teintés de sexisme ?

  • D’abord, se remettre en question (et pas juste 2 minutes comme ça en passant, non, régulièrement, quasiment en permanence, parce que le sexisme se manifeste beaucoup de façon inconsciente et automatique.) Donc, scruter vos actes, paroles, pensées. Questionner aussi vos pratiques quotidiennes : la répartition des tâches au sein de votre couple ou de votre famille, la façon dont vous abordez votre sexualité, pour vous et pour votre compagne (ou compagnon), constatez-vous une inégalité dans la répartition des rôles, etc… Rapidement vous vous rendrez compte (si ce n’est déjà le cas), à quel point le sexisme est infiltré partout, surtout dans les choses qui peuvent sembler les plus insignifiantes.

  • Eviter les blagues sexistes (non, ce n’est pas drôle : c’est grave).

  • Soyez exemplaire et éduquez les plus petits à plus d’égalité. Encouragez les petites filles à faire du sport, à suivre les carrières qu’elles ambitionnent. Dites-leur qu’elles sont capables de réaliser de belles choses. Laissez les garçons jouer avec des poupées et les filles avec des voitures, si c’est ce qu’ils veulent.

  • Pour mieux comprendre ces questions et ces enjeux, on vous conseille également de vous renseigner sur le sujet. Lectures, podcasts, et surtout, parlez avec des femmes, et écoutez-les.

guide-hommes-feministes-devenir

Manterrupting, manspreading, mansplaining, quesaco ?

  • Ne coupez pas la parole une femme lorsqu'elle parle : il s’agit d’une pratique sexiste que l’on appelle le manterrupting.Les hommes ont culturellement plus de place dans l’espace public et on leur laisse en règle général un temps de parole plus long que les femmes. Pensez-y, et acceptez de vous mettre un peu en retrait sur des sujets sensibles. Se mettre en retrait ne veut pas dire se taire, mais simplement laisser de l’espace à l’autre, pour qu’il/elle puisse s’exprimer, en d’autres termes : rééquilibrez la balance !

  • Attention aussi au manspreading qui désigne le fait que les hommes prennent plus de place que les femmes dans l’espace public et en particulier dans les transports en commun, où ils écartent les jambes sans complexe, tandis que leurs voisines sont obligées de croiser les jambes et de se tasser dans les coins pour éviter un contact physique qu’elles ne désirent pas forcément. Il n’y a pas de raison pour qu’un homme ait le droit de prendre plus de place qu’une femme, alors là aussi, apprendre à partager l’espace équitablement, c’est appréciable.

  • Et pour finir, le troisième : attention au mansplaining, qui désigne l’attitude des hommes qui expliquent en long, en large, et en travers à une femme quelque chose qu’elle sait déjà parfaitement ou même un sujet qu’elle maîtrise mieux que l’homme qui se lance dans un exposé dessus. Si une femme ne comprend pas ce dont vous parlez ou qu’elle a besoin d’explications, elle est assez grande pour vous le demander toute seule.

De même, soyez humble et reconnaissez les privilèges que la société vous donne. Là encore, il ne s’agit pas de vous culpabiliser sur des phénomènes inconscients acquis à cause de forces culturelles puissantes, mais d’être conscients des avantages qui vous sont accordés arbitrairement, pour rétablir un équilibre au bout du compte. Faites contrepoids.

Et surtout, OSEZ !

  • Osez ne pas rester passifs lorsque vous êtes témoins de traitements injustes ou sexistes.

  • Osez afficher votre soutien aux femmes, dans votre entourage et plus largement dans la société.

  • Osez dire que vous n’êtes pas d’accord.

  • Osez en parler, avec vos amies, et aussi avec vos copains.

« On dit que les hommes dominent, mais ils sont eux-mêmes dominés par de fausses croyances, des principes injustifiés et des pratiques d’un autre âge. » Jérémy Patinier