A l’origine du mouvement des Femen, il y a 3 jeunes étudiantes ukrainiennes : Oksana Chatchko, Alexandra Chevtchenko et Anna Hutsol. Au cours de discussions durant lesquelles elles parlent politique et sciences sociales, ces jeunes femmes partagent leur insatisfaction par rapport au manque d’évolution pour la condition des femmes, suite à la Révolution orange qui a eu lieu dans leur pays post-soviétique, et dont les femmes sont les grandes oubliées. Le groupe des Femen est donc créé en 2008, et se revendique d’un féminisme radical qu’elles appellent le « sextrémisme ». D'ailleurs, "femen" signifie « cuisse » en latin, et non pas « femme » comme on pourrait le croire.

Premières manifestations et l'instauration d'une marque de fabrique : seins nus et provocation

Les Femen sont contre l’exploitation du corps des femmes et commencent leur action par un défilé en 2008, habillées en prostituées, pour dénoncer la prostitution en Ukraine, où le « tourisme sexuel » est très important. Leur message ? « L’Ukraine n’est pas un bordel ! »

C’est en 2009 que les Femen défilent pour la première fois seins nus, contre la pornographie. Cette manière d’attirer l’attention sur leurs messages deviendra rapidement leur signature, bien que ce ne soit pas systématique.

Pour les Femen, il s’agit d’un moyen de faire parler d’elles et de placer au coeur de l’actualité et des débats des problèmes qui sont d’ordinaire trop occultés à leur goût. Bien qu’elles utilisent leur corps comme instrument de publicité, au moins ce sont elles qui sont à l’origine de cette action, et elles s’en servent pour défendre une cause plutôt que pour vendre un produit. Choquer pour susciter de l’intérêt pour leur mouvement ? Oui, mais pas seulement : cet acte apparaît en Ukraine, où les femmes sont très pauvres et sont uniquement propriétaires de leur corps, c’est tout ce qui leur reste. D’ailleurs, les Femen elles-mêmes expliquent qu’elles se sentaient mal à l’aise au début avec cette pratique, puis l’ont adopté en voyant l’impact médiatique que cela génère : elles utilisent la provocation comme une arme au service de leurs idées.

femen-histoire-incoryable-alexandra

Des combats nombreux et un engagement féroce

Petit à petit, les Femen élargissent leur champ d’action et les causes pour lesquelles elles se battent. Elles agissent en faveur de la démocratie et de la liberté de presse, contre la prostitution, la corruption, la pornographie, les agences matrimoniales internationales, le tourisme sexuel, et les religions.

De plus, le mouvement originaire d’Ukraine se répand à l’international et est désormais présent dans 8 pays, dont la France. En effet, beaucoup d’actions et de décisions du mouvement émanent de Paris, et ce n’est pas par hasard ! Suite à leurs actions, certaines Femen ont dû se réfugier en France et mènent désormais leur combat depuis de la capitale.

femen-histoire-incoroyable-police

Des opérations coups de poing... et des représailles

Leurs actions en effet peuvent aller loin et ont pu être lourdes de conséquences pour elles en Ukraine notamment. Par exemple, lorsque les Femen scient une croix pour protester contre l’emprisonnement des Pussy Riots et leur manifester leur soutien, celles-ci se désolidarisent de leur action et déclarent que les Femens sont allées trop loin.

Une autre fois, Oksana Chatchko, Alexandra Chevtchenko et Inna Shevchenko protestent devant le siège du KGB à Minsk et demander la libération de prisonniers politiques. Les représailles seront violentes, puisque les trois Femen seront arrêtées puis torturées dans une forêt biélorusse. En effet, elles seront rasées, frappées, couvertes d’essence, et leur exécution sera simulée, avant qu’on les laisse pour mortes au coeur de cette forêt par un temps glacial. Les trois militantes parviendront à s’en sortir en regagnant un village ou Anna Hutsol les attend.

femen-sextremisme-histoire

Polémiques et critiques du mouvement

De plus, ce mouvement politique unique en son genre suscite bien des polémiques et des interrogations, ainsi que des rumeurs qui discréditeraient fortement le groupe des Femen si les faits s’avéraient vrais. Les Femen sont en effet accusées d’être une secte, le groupe aurait été créé suite à l’initiative de Viktor Sviatski. Un homme à l’origine d’un groupe féministe extrémiste ? Ce serait pour le moins embêtant !

Les Femen sont aussi accusées d’avoir une organisation très rigide, pyramidale et même d’avoir un fonctionnement dictatorial. Inna Shevchenko en particulier est accusée d’essayer de créer une armée de soldates, dont elle attend une soumission et une disponibilité totales, qu’elle obtiendrait grâce à des méthodes de reconfiguration mentale. Or, ces dénonciations émanent en partie d’anciennes militantes ayant fait partie des Femen avant de quitter le mouvement. De quoi provoquer de vives réactions !

femen-incroyable-histoire-feministe-1

En outre, les actions des Femen suscitent de vives et nombreuses critiques, tant sur leurs méthodes que sur leurs opinions et leurs idées.

  • Tout d’abord, certains dénoncent un discours flou, avec une multiplicité et une diversité des combats et des engagements qui aboutirait à une certaine inefficacité.

  • Par ailleurs, certaines de leurs actions ou discours peuvent parfois faire penser à des formes de discriminations, notamment envers les religions (de la part d’Inna Shevchenko par exemple), et également de misandrie.

  • Aux yeux de certains, les Femen discréditent d’autres organisations féministes et nuisent à la cause du féminisme plutôt que de l’encourager.

  • Enfin, et c’est peut-être la critique la plus profonde et la plus problématique et révélatrice : selon l'essayiste féministe Mona Chollet, l’action des Femens renforce les préjugés véhiculés par le système patriarcal, en réduisant les femmes à leur corps et leur sexualité. Alice Schwarzer, militante féministe du MLF, met notamment les Femen en garde contre le risque de redevenir des objets.

Alors, s’intéresse-t-on aux Femen uniquement parce qu’elles utilisent la provocation en manifestant seins nus ? Ou est-ce que cette médiatisation permet également de mieux faire entendre leurs voix et leurs opinions ? Le débat est intéressant et touche à des questions sensibles. Serait-ce le serpent qui se mord la queue, en véhiculant des clichés sexistes et en nuisant au final à l’image des femmes qu’elles veulent défendre et mettre en valeur ? Des questions complexes !

  • Est-il nécessaire qu’une femme se dénude pour qu’elle soit entendue ?

  • Une femme qui se dénude est-elle entendue ? Sa voix a-t-elle ainsi plus de portée ? Ou au contraire, cela joue-t-il en sa défaveur ?

  • A quel moment s’enferme-t-on dans des normes, que l’on reproduit alors ? Et à l’inverse, à quel moment s’en défait-on, et comment ?

incroyable-histoire-femen-oksana-suicide

En définitive, si le mouvement a bien évolué depuis ses débuts en 2009 et notamment depuis qu’Inna Shevchenko en est à la tête, il ne faut pas oublier la puissance et la sincérité des militantes initiales, ainsi que le courage qu’il a fallu à 3 jeunes femmes ukrainiennes pour se lancer dans un tel combat.

Nous ne devons pas oublier des femmes comme Oksana Chatchko, tellement sincère et sensible qu’elle en est venue à mettre fin à ses jours le 23 juillet dernier à l’âge de 31 ans. Selon son amie Alexandra Chevtchenko, avec laquelle elle a quitté le mouvement en 2014, Oksana ne supportait plus le tournant que l’organisation avait prise depuis qu’Inna Shevchenko la dirige. N’oublions pas que le mouvement des Femen, bien que peut-être contestable par certains de ses aspects, a su mettre en lumière de gros dysfonctionnements de notre société, et placer sous les projecteurs des questions auxquelles nous devons trouver des réponses. Pour cela, nous les remercions.